Précédent

Mon enfant a de la fièvre, quand s'inquiéter ?

yves DRAY

(Conseil publié le 14/02/2018)

Suivant
Mon enfant a de la fièvre, quand s'inquiéter ?

La fièvre est une température supérieure à 38°. C’est une réaction de l’organisme, ce n’est pas une maladie. Elle n’est pas dangereuse et pourrait même aider votre enfant à guérir. Il n’y a pas habituellement de relation directe entre la gravité de la maladie et l’importance de la fièvre.

Mais un enfant fébrile, parfois en forme, peut au contraire avoir un changement de comportement qui est plus dû à la maladie qu’à la fièvre elle-même : il manque d’énergie (joue et bouge moins), a moins d’échanges avec vous (parle moins, ne s’intéresse plus à son environnement), a moins d’appétit. Certains signes montrent que l’enfant est inconfortable : (il pleure, est grognon, parait douloureux, susceptible, recherche les bras en permanence…)

Le but du traitement est de supprimer cet inconfort pour que l’enfant puisse passer les quelques heures ou jours de maladie le mieux possible. Les convulsions accompagnant parfois un épisode de fièvre ne sont pas dues à la fièvre mais à la maladie responsable. Même chez un enfant qui a déjà eu des convulsions, un nouvel accès de fièvre n’entraine pas forcément une récidive. C’est une réaction à l’infection, sans conséquence à long terme chez un enfant bien portant par ailleurs.

 

COMMENT MESURER LA TEMPÉRATURE :

Le thermomètre rectal flexible électronique est la méthode de référence. On peut aussi la prendre sous le bras avec ce même thermomètre (c’est plus long et il faut ajouter 0,5 °). La prise de température sur le front est moins fiable, et les thermomètres auriculaires (dans l’oreille) peuvent être cause d’erreur, mais ces dernières méthodes sont utiles pour les enfants craintifs et rapides. Mais il est inutile de la mesurer trop souvent.

 

QUE FAIRE EN CAS DE FIÈVRE :

  • Votre bébé a moins de 3 mois, surtout s’il est fragile (ancien prématuré, enfant qui a une maladie chronique) : vous devez appeler rapidement votre médecin aux heures d’ouverture du cabinet, ou le 15 ou les urgences de l’hôpital pédiatrique le plus proche afin de le faire examiner. Même s’il semble aller bien par ailleurs.

 

  • Votre enfant même plus grand vous inquiète car :
  • Il a du mal à respirer, ou a des troubles digestifs importants (de type diarrhée ou vomissements répétés)
  • Il est très douloureux, pleure beaucoup, reste très grognon malgré les médicaments
  • Il vous parait très fatigué, répond mal quand vous le stimulez, ne crie plus bien, est pâle
  • Il a une éruption qui ne s’efface pas en appuyant sur les boutons (comme des tâches de sang sous la peau).

Alors il faut aussi consulter en urgence.

 

S’ IL N’Y A PAS D’INQUIÉTUDE PARTICULIÈRE QUE FAIRE ?

  • Ne pas trop couvrir et garder l’enfant dans une pièce pas trop chaude (18 à 19 ° en hiver)
  • Donner à boire régulièrement surtout si votre enfant a moins faim que d’habitude

Et s’il y a des signes d’inconfort, administrez lui du paracétamol à la dose qui vous a été prescrite en fonction du poids. Sous forme orale de préférence car plus rapidement efficace, ou à défaut (en cas de vomissements, de refus de l’enfant) sous forme de suppositoire. On donne en règle 1 dose poids toutes les 6 heures si les signes d’inconfort reviennent.

Si la fièvre dure trop longtemps, l’inconfort n’est pas soulagé par le paracétamol, ou en cas d’inquiétude de votre part, il faut consulter.

Dans certains cas, nous pouvons vous prescrire de l’Ibuprofène à la place du doliprane, voire même associer les deux médicaments (après avis médical).