Précédente

CAT devant une bronchiolite

Dr Serge STEFANAGGI

(Actualité publiée le 17/12/2019)

Suivante
CAT devant une bronchiolite
Sans complications, la bronchiolite guérit en sept à dix jours. Le traitement prescrit par le médecin consiste essentiellement à en traiter les symptômes. Les antibiotiques ne sont administrés qu’en cas de surinfection bactérienne.

Ce que vous pouvez faire en cas de bronchiolite d'un nourrisson

  • Faites boire votre enfant souvent et en petites quantités.
  • Fractionnez ses repas.
  • Surélevez légèrement le thorax de votre bébé à l’aide de coussins placés sous le matelas.
  • Réduisez la température de la chambre à 18 ou 19 °C et humidifiez l’air.
  • Ne fumez pas en sa présence ni dans une pièce où il peut séjourner.
  • Soulagez sa fièvre si l’enfant semble en souffrir.

Mais,

Si l'enfant éprouve de grandes difficultés à respirer (tirage intercostal : battements des narines, creusement des espaces entre les côtes ou au-dessus des clavicules)

Si l'enfant respire vite et se fatigue.

Si son comportement change.

S'il demeure somnolent et s'il refuse de boire et de se nourrir.

Si ses lèvres ou ses ongles deviennent bleus ou s'il est pâle.

Si sa respiration ralentit peu à peu et que l'enfant semble s'endormir

S'il est âgé de moins de 6 semaines.

S'il est âgé de moins de 3 mois et est né prématurément ou a souffert de problèmes respiratoires.

S'il souffre d'une maladie cardiaque ou chronique.

altDans tous les cas, si le nourrisson a moins de trois mois.

altSi le nourrisson respire de manière saccadée, s'il est agité, boit peu et repousse les biberons. 

altSi sa respiration est sifflante. 

altSi sa fièvre augmente et qu'il semble avoir mal à l'oreille. 

Si les symptômes s'aggravent après une première consultation (augmentation de la fièvre, sécrétions devenant purulentes, par exemple).

 Appelez votre médecin traitant immédiatement, ou rendez-vous au service d’urgence le plus proche.

Dans le doute, n’hésitez JAMAIS à appeler le 15 ou le 112.

La prévention de la bronchiolite

Quelques règles d’hygiène peuvent limiter le risque de contamination en période d’épidémie, ou du moins le risque de récidive :

  • lavez-vous les mains (et celles de vos autres enfants) avant de toucher votre nourrisson, ou utilisez un gel hydro-alcoolique désinfectant ;
  • n’embrassez pas votre enfant sur le visage, embrassez-le sur la nuque, ou le corps ;
  • si vous êtes enrhumé, il est préférable de porter un masque lorsque vous vous occupez de votre bébé. Faites-en un jeu s’il semble inquiet.
  • si possible, ne sortez pas votre bébé de un ou deux mois dans des lieux trop fréquentés et trop confinés, comme les transports en commun ou les grandes surfaces ;
  • aérez régulièrement votre logement et évitez de surchauffer les pièces (19 à 20 °C suffisent) ;
  • rincez régulièrement le nez du nourrisson en cas de rhinopharyngite ;
  • n’échangez pas les tétines ou les petites cuillères d’un bébé avec celles d’un autre ;
  • ne fumez pas en présence d’un enfant.

Il ne peut y avoir d’automédication en cas de bronchiolite chez un nourrisson, sauf pour soulager la fièvre. Seul le médecin peut juger si l’administration d’un médicament est nécessaire en complément des lavages du nez et de la kinésithérapie respiratoire.

Sans complications, la bronchiolite guérit en sept à dix jours. Le traitement consiste essentiellement à traiter les symptômes : lavage du nez avec du sérum physiologique, kinésithérapie respiratoire pour aider l’enfant à expulser les sécrétions bronchiques par la bouche et, si nécessaire, apport supplémentaire d’oxygène.

La kinésithérapie respiratoire n'est pas systématique en cas de bronchiolite. À ce jour, aucune donnée scientifique ne permet de conclure sur son efficacité. Le médecin peut en prescrire quelques séances en cas d'encombrement bronchique très important, pour désobstruer les voies respiratoires encombrées par des sécrétions.

Un médicament contre la fièvre est prescrit lorsque la température le justifie.

Les fluidifiants bronchiques sont contre-indiqués chez les enfants de moins de deux ans. Les anti-inflammatoires de la famille des corticoïdes ne semblent pas avoir d’intérêt dans le traitement de la bronchiolite. Les antibiotiques ne sont administrés qu’en cas de surinfection bactérienne.

Les médicaments bronchodilatateurs (comme ceux utilisés lors d’une crise d’asthme) sont contre-indiqués, voire dangereux pour le jeune enfant. Les médicaments contre la toux sont à éviter car ils empêchent l’expulsion des sécrétions bronchiques.

L’hospitalisation n'est nécessaire que dans les formes les plus graves. La bronchiolite est néanmoins la principale cause des admissions de nourrissons à l’hôpital en période hivernale : chaque hiver, environ 50 000 nourrissons consultent en urgence pour bronchiolite et 20 000 sont hospitalisés.

 




     
  •